Ses parents ne veulent pas de son compagnon non musulman : Frappée et enlevée, Zohra a échappé à un renvoi vers l’Algérie.

Publié le par Espace dédié à la femme du Nord africain.

Zohra_w350.jpgZohra a échappé au pire. Ses parents ne voulaient pas de son compagnon non musulman et n’avaient pas l’intention de lui laisser le choix quitte à agir avec violence. Quatre membres d’une même famille algérienne installée à Saint-Etienne (Loire) ont été mis en examen dimanche soir pour l’enlèvement avec violence sur Zohra, 25 ans, leur fille et sœur, rapporte le quotidien Le Parisien dans son édition du mardi 16 août.

 

Menant une véritable expédition punitive, le père de la jeune femme, âgé de 66 ans, sa mère âgée de 62 ans, son frère de 34 ans et sa sœur de 27 ans se sont rendus vendredi matin à Brignoles (Var), où réside Zohra.

Enseignante, cette dernière vit en couple avec un jeune homme non musulman. Ce qui n’était guère du goût de ses proches.

Décidés à la ramener au domicile familial, ces derniers auraient alors frappé Zohra à coups de canne et de laisse de chien pour la contraindre à les suivre avant de l’embarquer de force dans leur voiture, ajoute Le Parisien.

 

Zohra victimes de sévices de la part de ses proches

La jeune enseignante a déjà été victime par le passé de mauvais traitement de la part des membres de sa famille qui désapprouvent sa vie sentimentale. Pourtant, le frère de l’enseignante vit lui-même une relation avec une non musulmane.

 

C’est le compagnon de la jeune femme qui a alerté la police varoise en racontant aux policiers ce qui s’est passé et en indiquant l’adresse des parents de Zohra.

Le Parisien précise que c’est un commerçant de Saint-Etienne, chez qui Zohra a été emmenée pour enlever le piercing qu’elle portait et à qui elle a pu discrètement se confier, qui a permis de la retrouver dans l’appartement familial situé dans le centre-ville de Saint-Etienne.

Placés en garde à vue, les membres de la famille dont le nom n’a pas été divulgué ont expliqué avoir voulu « sauver leur fille, dont ils n’avaient plus de nouvelles depuis un mois et demi, et qui était, selon eux, en danger avec un compagnon violent et toxicomane ».

 

Passeport algérien fait à l’insu de Zohra

La victime a démenti les accusations alors que le parquet de Saint-Etienne indique qu’aucun élément de l’enquête ne permet pour l’instant de confirmer Zohra était en danger avec son compagnon.

Le parquet précise également qu’ « un passeport algérien fait à son insu a été retrouvé au domicile familial au cours d’une perquisition ». Ce qui laisserait supposer que la famille envisagerait d’envoyer la jeune femme en Algérie.

« Malgré les éléments de preuve, la famille est dans un déni total et ne comprend pas ce qu’on lui reproche », indique encore le parquet stéphanois au Parisien.

Le père, le frère et la sœur de placés en détention provisoire alors que la mère a été laissée libre sous contrôle judiciaire pour des raisons de santé. Très choquée, Zohra s’est vu prescrire neuf jours d’incapacité totale de travail (ITT) et a porté plainte contre ses parents, son frère et sa sœur.

 

Les quatre prévenus encourent vingt ans de réclusion criminelle.

 

In : ALGERIE360° 

Mardi 16 août 2011

http://www.algerie360.com/algerie/ses-parents-ne-veulent-pas-de-son-compagnon-non-musulman-frappee-et-enlevee-zohra-a-echappe-a-un-renvoi-vers-l’algerie/

 

Photo : ALGERIE360°

 

 

 

 

Publié dans Agression

Commenter cet article

lilou-52 15/09/2011 14:29



Un article qui a le mérite d'exister mais qui malheureusement laisse pas mal de gens indifférents. Peur, lâcheté ?....Je me pose des questions.