Hommage à celui qui rendait hommage aux femmes.

Publié le par Espace dédié à la femme maghrébine

mekbel 289695142Saïd Mekbel, chroniqueur du Matin, a été assassiné le 3 décembre 1994.
Neuf mois plus tôt, le 8 mars 1994 il échappait déjà à une première tentative d’assassinat.
Les tueurs lui avaient tendu une embuscade, à la sortie de chez lui, sur le chemin qu’il empruntait tous les matins .

Pourtant seule une entorse à ses habitudes, ce jour là, lui a rendu la vie sauve . En effet Said, sa chronique en poche, n’avait pas emprunté son trajet habituel, mais a tourné dans le sens opposé pour se rendre chez le fleuriste prendre, à l’occasion de la journée de la Femme, des fleurs a ses collègues du sexe opposé.

Les tangos surpris n’ont eu que le temps de tirer une rafale de loin ratant ainsi Said, et lui donnant un répit de neuf mois de vie.

L’amour de la Femme l’avait sauvé ce jour là, jusqu’à ce funeste du 3 décembre.

Afin qu’il reste toujours dans nos mémoires, voici le billet qu’il publia ce jour du 8 mars 1994.

 

« Mon père a le moral à plat ventre. Parce qu’à partir d’aujourd’hui, 8 mars, les hommes doivent porter la barbe comme ça. Ma mère elle a tapé sur les épaules de mon père pour lui remonter le moral, mais le moral il est resté en bas. Mon père il a dit à ma mère pourquoi les femmes ne font rien pour soutenir les hommes qui sont menacés s’ils ne portent pas de barbe. Ma mère elle a répondu : Allah ghaleb, après tout c’est pas la fin du monde s’il se mettait à porter la barbe. Mon père il a voulu parler de liberté individuelle, ma mère elle a répondu que c’était déjà une grande liberté individuelle de pouvoir porter la barbe dans un pays ou il n’y aura que des barbus. Mon père il a dit à ma mère ça se voit que c’est pas toi qui va porter la barbe. Après il n’a plus rien dit du tout. Moi, j’étais triste de voir mon père comme ça et j’étais triste pour les hommes de ce pays à cause que les femmes elles les laissent tomber comme ça et qu’elles lèvent même pas le petit doigt pour marquer la sympathie à ceux qui voudraient pas du tout porter la barbe des barbus. Moi je comprends pas l’indifférence des femmes.

C’est vrai quoi, les hommes ils bougeraient certainement s’il y a des cinglés qui vont dire à leurs femmes, à partir d’aujourd’hui 8 mars, vous allez porter le hidjab ».

Said Mekbel

publié le 08 mars 2011 in midipress

Photo : Le Matin dz 

Publié dans Pensée

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article