Aldjia et le bou-mergoud.

Publié le par Samir REKIK

NB : Cette histoire de Aldjia est fictive.

 

Aldjia, jeune fille kabyle de 20 ans s’est mariée le vendredi 12 juillet 2002 avec un certain Tahar, un vendeur à la sauvette …. Ce dernier a pris le soin de la dépuceler le jour même (tradition kabyle oblige) et même Aldjia a sentie ... un liquide ... de son mari dans son ventre … Ce qui lui a fait dire qu’elle aura son 1er enfant dans 09 mois.

 

Hélàs, cette relation n’a pu tenir que trois mois. Donc, Aldjia a été répudiée un mercredi 11 septembre de la même année.

 

Ayant vécu un mauvais cauchemar, qui n’a duré que 03 mois, avec son ex – mari, Aldjia voulait coûte que coûte avoir, au monde, ce bébé qui bouge dans son ventre.

 

Aldjia, travaille dans une société privée et occupe un très bon poste, et vu son statut de divorcée, tous les responsables qui travaillaient avec elle courent derrière son corps attrayant et croquant !!!

 

09 mois passés, le bébé n’apparaît pas !!! Malformation ???

 

Hélas, durant l’été 2005, c'est-à-dire, 03 ans après son divorce, un petit corps bouge dans son ventre, et pourtant, elle n’a contractée aucune relation sexuelle avec un autre depuis son divorce !!!

 

A la veille de son accouchement, elle commence à chercher des âmes charitables pour lui permettre de cacher le bébé qui bouge dans son ventre. Dire, après 03 ans de son divorce, que c’est le fils de son ex – mari, personne ne la croira !!! Surtout, dans une société où les traditions ancestrales sont appliquées à la lettre…

 

Que faire alors ?

Une fois son état révélé sa famille la chasse après que son frère Messaoud, un moustachu, a failli la tuer. Aldjia, qui a encore des ressources, fuit chez une amie, un peu moins marginale qu'elle. Puis vint l'accouchement, dans la maison de l'une de ses amies... Elle ignore actuellement le sort et le devenir de l'enfant ... qu’elle a confié à un centre d’accueil … Par contre, elle, embrasse le plus vieux métier du monde : La prostitution !

   

Le bou – mergoud, un terme du berbère marocain qui signifie « l’enfant endormi dans le ventre de sa mère » … cette croyance n’est répandue qu’au Maghreb où le rite malékite tient une place très importante : L’Algérie, le Maroc et la Tunisie.

 

Selon les berbères de certaines régions sus – citées, la croissance du fœtus humain peut s’arrêter durant la grossesse – on dit alors que l’enfant s’est endormi - et reprendre ultérieurement… Donc, cette frange de population berbère admettent des durées de grossesses plus longues allant de 09 mois jusqu’à 03 ans et même plus, 04 ans, 05 ans !!!

 

Que dit l’islam ?

Chez les Zahirites : La durée de grossesse ne pouvait durer que 09 mois.

 

Chez les Hanéfites, Malekites, Chaféîtes et les Hanbalites : La durée de grossesse peut atteindre 09 mois, 02 ans, 03 ans et plus.

 

Selon Aïcha bint Abi Bakr, une épouse du Prophète : «L’enfant ne reste pas dans la matrice de sa mère plus de deux ans.» (Hadith rapporté par des législateurs musulmans)

 

Malik ben Anas (fondateur de l’école Malékite), lui-même, a été porté deux ou trois années par sa mère…

 

Pour votre information, le Maroc, et la Tunisie préconisent des durées plus longues : à compter d’une année après la répudiation de la femme ou le décès de son mari, la femme qui prétend être enceinte peut saisir le juge pour faire reconnaître que son état remonte à l’époque où elle était encore mariée. Le juge, en se fondant sur une expertise médicale, pourra accorder un délai à la femme pour accoucher…

 

Par contre, l’Algérie, optait dans son code de la famille (1984) pour une durée maximale de grossesse de dix mois. Ce qui fait que le cas de Aldjia est considéré comme une "honte".

 

D’après vous :

 

Peut - on considérer l’enfant de Aldjia comme : un "bâtard", un "fruit de la honte" ?

 

Peut – on accuser Aldjia d’adultère, alors que cette dernière n’a jamais eu de relations depuis son divorce avec Tahar?

 

  

Par Samir REKIK

 

In

http://www.facebook.com/permalink.php?story_fbid=142008472530834&id=613759356&ref=notif&notif_t=share_comment#!/home.php?sk=group_135653536493057&view=doc&id=146945735363837

le 29/01/2011

 

http://www.facebook.com/home.php?sk=group_171064622918680&ap=1

début février 2011

 

Suivez aussi le lien suivant :

Maghreb : L’enfant endormi, une croyance « berbère » qui défie la science ?

Publié dans Traditions et coutumes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article